Choisir un jeune réseau. Le point de vue de Jean Samper, fondateur d'AC Franchise

Interview de Jean Samper par Michel Delmas, journaliste, pour le compte de la lettre du Cidef en 2007 mais toujours d'actualité.

----------------

MD : Depuis quelques années, on voit apparaître une profusion de nouvelles enseignes. Quelles sont les causes de ce phénomène ?

JS : Autrefois, le franchiseur était le « grand méchant loup » qui dévorait les commerçants indépendants. C'est terminé. Aujourd'hui, les Chambres de Commerces invitent les franchiseurs à s'installer chez elles. Les CCI de Lille, Nantes, Strasbourg, soutiennent activement les salons EasyFairs. Elles sont demandeuses de forums de la franchise auprès de la Fédération française de la franchise. A Denain, la CCI, l'Union des Commerçants, et la municipalité ont soutenu la journée sur la franchise.  Dans cette ville qui a souffert, tout le monde s'accorde à dire que pour moderniser, il faut attirer des enseignes de franchise. Car elles travaillent avec des gens locaux, permettent de contrer les grands succursalistes et laissent une partie des  bénéfices sur place.

« Aujourd'hui, tout ou presque est franchisable »

De plus, il devient évident qu'il est de plus en plus difficile d'exister, sur certains marchés, sans enseigne. Et on comprend désormais que pratiquement tout est franchisable, sauf problèmes de législation (par exemple la médecine) et s'il y a un vrai savoir faire bien sûr.

Enfin, les 35 heures jouent pour la franchise. Les chaînes de distribution alimentaire sont en succursales pour leurs hypermarchés, en franchise pour leurs supérettes. Kiabi compte sur la franchise pour mieux rentabiliser les magasins de villes moyennes. Pour s'implanter dans des villes de taille modeste, le succursaliste Norauto, a racheté le réseau de franchise Maxauto. Pourquoi ? Parce que la franchise permet de travailler avec des structures allégées et moins coûteuses dans les points de vente.


MD : L'émergence de nombreuses enseignes de prestations de services est  relativement nouvelle…

JS : En France, historiquement, la franchise a démarré dans le textile, puis s'est répandue dans la distribution commerciale. On est très « magasin » en France. Au contraire, les Américains et les Anglo-Saxons sont plus « service ». Au-delà de cela, cette floraison d'enseignes de services correspond à plusieurs phénomènes, entre autres l'externalisation des services annexes et la tendance à la normalisation des services.

 « La notion de qualité de services favorise la franchise »

L'externalisation conduit à confier des tâches à de petites entreprises impérativement locales : dépannage informatique ou entretien des bureaux, le service de proximité est incontournable. Mais c'est l'organisation en réseau qui assure à ces entreprises indépendantes le savoir-faire ainsi que la qualité de service attestée par l'obtention de certifications diverses.
Dans l'immobilier par exemple, le métier devient de plus en plus compliqué, avec des nécessités de formation, de qualité de service. Cela va dans le sens des réseaux. D'un autre côté, le travail local, de proximité, demande une autonomie des intervenants, donc de préférence des personnes à leur compte.

MD : Dans cette profusion d'enseignes, quels critères doit retenir un candidat ?

JS : Dans le cas d'une nouvelle enseigne, il faut vérifier les investissements du franchiseur ou du master-franchiseur pour une enseigne d'origine étrangère. Quelles structures a-t-il mis en place ? De quels budgets dispose-t-il pour assurer le marketing, la formation, etc ?

« Faire la distinction entre  le métier et le concept »

Il faut en outre  bien distinguer l'aspect métier, créneau, de l'évaluation de l'enseigne elle-même. Quand on veut se lancer sur un métier que l'on ne connaît pas, il faut tenter de comprendre comment il est organisé.
Par exemple, le recyclage de cartouches d'encres. Il n'était pas très difficile, quand Cartridge World a débarqué en France, de voir que cette activité avait un avenir. Tout simplement parce que les industriels qui, jusqu'ici se réservaient le monopole de la vente de cartouches d'encre d'imprimantes doivent, en Europe comme aux USA, rendre leurs cartouches recyclables. Or, ils doivent vendre leurs imprimantes à un prix tellement bas pour prendre des parts de marché au profit de leurs très chères cartouches. Les marges sur les cartouches sont durablement énormes et rentabilisent le recyclage.
Ceci pour dire qu'Il ne faut pas se contenter d'observer le concept, de vérifier s'il est rentable ou pas. Il faut aussi en étudier la justification économique, technique et légale dans le cadre de son marché et de son métier.
Les labos photos, il y a encore trois ans, étaient l'exemple inverse. A première vue, ils apparaissaient rentables, mais, avec l'apparition du numérique, ils étaient en fin de cycle.
Tout cela n'est pas facile. Mais dans le doute, il est préférable de s'abstenir : mieux vaut rater une bonne affaire qu'en faire une mauvaise !

La rédaction vous recommande l'article suivant :
Adhérer à un jeune réseau, pourquoi pas ?

Propos recueillis par Michel Delmas


Articles similaires

Ouvrir une franchise dans l'alimentaire

par Dorsaf Maamer - un mois

Se lancer à son compte en adhérant à un réseau de franchise offre plusieurs avantages à un jeune porteur de projet à condition que cela soit ...

Devenir franchisé ou reprendre une entreprise existante ?

par MA - un mois

Dans un projet d'entreprenariat, on peut se demander si l'on souhaite le faire en s'adossant au savoir-faire d'une franchise ou en reprenant une entreprise déjà existante. Quels sont les points à prendre en compte pour choisir entre...

Comment relancer un franchiseur ou compléter et renvoyer votre demande de contact

par Jean Samper - 3 mois

Lorsqu’un franchiseur ne vous a pas répondu dans les 15 jours vous pouvez vous-même le relancer. De même, vous pouvez désormais corriger, modifier, compléter et renvoyer vos demandes.     Comment faire ? Allez sur votre compte ...

Informations clés

  • Crée le: 20/01/13 01:00

Les franchises qui recrutent