De l'intérêt pour les entreprises de prendre en compte les réclamations

Pour Thierry Spencer, spécialiste du marketing client, "les entreprises les plus en avance sont celles qui sont déjà passées du traitement des réclamations au management satisfaction". Selon lui, le client qui râle est une mine d'or pour les sociétés. S'il exprime un besoin mal ou non satisfait, il permet surtout de revoir une offre commerciale et/ou souvent d'améliorer le service. Bref, de fidéliser une clientèle... et de gagner en compétitivité ! Mais qu'en est-il véritablement en France de la gestion des réclamations ? Les entreprises ont-elles pris le tournant de la mesure et de la prise en compte de la satisfaction client ?

Dans un contexte français tout particulier, où 96 % des clients insatisfaits ne réclament jamais, l'Association pour le management de la réclamation client (l'AMARC) a dressé une première cartographie de la prise en compte des réclamations en France. Pour cela, elle a interrogé 143 grandes entreprises. L'occasion de révéler clairement l'enjeu d'une sensibilisation plus forte des dirigeants d'entreprise à cette question.

Une gestion 2.0 des réclamations

Selon cette association, les entreprises françaises auraient commencé à prendre réellement conscience de la réclamation. Elles seraient même 70 % à avoir déjà défini une politique claire dans le traitement des réclamations. On notera la montée en puissance du Web 2.0 dans ce domaine car Facebook, Tweeter et les forums sur Internet... sont devenus des partenaires indissociables de cette prise de conscience par les entreprises. 35 % des entreprises interrogées auraient déjà un community manager.

Une mauvaise nouvelle du côté de la prise en compte des réclamations

Certes, nous explique cette association, les entreprises sont à l'écoute des réclamations mais de là à les prendre en compte, il y a un pas ! C'est un peu la mauvaise nouvelle de cette étude : les sociétés prêteraient encore peu d'attention au contenu des réclamations. Pour preuve, 92 % d'entre elles ne disposent pas d'indicateurs pour mesurer la fidélité des clients qui ont formulé une insatisfaction. 60 % d'entre elles n'auraient pas non plus rédigé de charte des engagements clients. Autre chiffre plutôt pessimiste : 76 % des entreprises interrogées n'exploitent pas les informations issues de l'analyse des réclamations pour prendre leurs décisions marketing ou lancer de nouvelles offres.
Il reste donc une grande marge de progrès dans ce domaine... A suivre !

Vu dans L'Entreprise n° 303

La rédaction vous recommande les articles suivants : 
Fidéliser le client qui réclame
Comment mesurer la satisfaction de vos clients ?

Audrey, rédactrice AC Franchise

Articles similaires

Ouvrir un terminal de cuisson en franchise

par MA - 9 jours

Il faut bien faire la différence entre boulangerie et terminal de cuisson. Voyons dans cet article le marché et ses tendances et l'avantage d'ouvrir un terminal de cuisson. Nous prendrons comme exemple la référence de ce marché, la franchise La Mi...

Ce que vous devez savoir sur le métier de courtier

par MA et JS - un mois

Profil du courtier qu'il soit franchisé, salarié ou entrepreneur isolé Le courtier se charge d'analyser le besoin de son client afin de lui trouver l'offre la plus adaptée sur le marché en respectant son budget. Il devra rentrer en négociation si...

La distribution de loisirs créatifs en forte progression

par HK - 3 mois

Une étude publiée par Xerfi et intitulée « Le marché et la distribution de loisirs créatifs - Innovations, communautés virtuelles, percée des acteurs non spécialisés : analyse et perspectives du marché à l’horizon 2018 » révèle que le secteur se p...

Informations clés

  • Crée le: 17/12/11 01:00

Les franchises qui recrutent