Futurs franchisés, quelques régles pour créer une affaire en Belgique

Vous êtes candidat à la franchise ? Vous avez envie de vous lancer sur le marché belge ? Connaissez-vous les spécificités de ce marché ? Les formalités administratives nécessaires ?
Il existe notamment trois grandes différences entre le système français et le système belge en matière de création d'entreprise.
1 – L'obligation de s'adresser à un notaire pour rédiger et approuver les statuts. Alors qu'en France, un créateur peut lui-même le faire, en Belgique, cette action implique donc un coût.
2 – L'obligation de prouver ses compétences en termes de secteur d'activité et de gestion. Les non–diplômés en gestion sont tenus en Belgique à suivre une formation de 400 heures en moyenne (contre une trentaine d'heures en France !).
3 – L'impossibilité de créer en Belgique avec un capital de 1 euro. Le capital doit être au minimum de 18 550 euros pour une SPRL (équivalent de la SARL française) et de 61 500 euros pour une SA (contre 37 000 euros en France) avec l'obligation de fournir un plan financier prévisionnel à trois ans devant notaire, avec possibilité d'engagement de la responsabilité du fondateur pour le cas où l'activité périclite.
Notons qu'en Belgique, l'équivalent du registre du commerce et des sociétés est la Banque Carrefour des Entreprises qui fournit les données publiques sur les entreprises.
Audrey Caudron

Articles similaires

Le Maroc, un marché attractif pour les investisseurs et franchiseurs étrangers

par DM - un mois

Grâce à ses atouts géographiques, à sa politique dynamique et à son environnement économique stable, le Maroc connaît une dynamique qui ne cesse de croître et les franchiseurs français devraient en profiter davantage

Innovation en magasin : Américains vs Européens, quelles différences ?

par HK - un mois

En Europe comme aux Etats-Unis, les magasins innovent afin d’offrir à leurs visiteurs une expérience client améliorée. Caisses automatiques, Wifi gratuit, Click & Collect, réalité virtuelle… le fournisseur de terrains et solutions d'enquêtes en li...

Exporter un concept de franchise à l'étranger, oui mais...

par Audrey Caudron - 3 mois

Quand on est franchiseur et qu'on a une franchise qui marche bien, la tentation de l'exporter est grande. Si ce choix implique un investissement financier certain, il suppose surtout une réflexion élaborée et une véritable phase d'analyse.

Informations clés

  • Crée le: 20/05/10 02:00

Les franchises qui recrutent