La franchise participative : aide financière ou volonté de contrôle ?

Certaines enseignes se développent sous la forme de franchise participative et il est légitime d’imaginer  que c’est une manière de répondre aux problèmes de financement du franchisé.  Pourtant ce n’est pas si simple et cela entraîne inévitablement une dépendance et une mainmise sur le point de vente et donc moins de liberté pour le franchisé. Peut-on alors encore parler de franchise dont le modèle repose sur l’indépendance des deux partis. Entre la franchise et le succursalisme, quelles sont les problématiques de la formule ?


Un contrat de franchise + un pacte d’actionnaires bétonné

Certains réseaux pratiquent la franchise participative de façon presque systématique comme la distribution  alimentaire : une façon de garder le contrôle sur les franchisés et d’avoir le choix des  emplacements. Pourtant, si on se réfère au code de déontologie européen, la franchise se définit comme une collaboration étroite entre des entreprises juridiquement et financièrement indépendantes. Dans le cas d’une une franchise participative, le franchiseur devient associé et l'entreprise franchisée perd alors son indépendance.
En franchise participative, la ligne à ne pas franchir est celle de la gestion de l’entreprise. Le franchisé doit garder la main sur toute la stratégie et la marche quotidienne de la société. Toutes les modalités de la prise de participation du franchiseur doivent être détaillées dans le pacte d'actionnaire adjoint au contrat de franchise. Avec des informations claires concernant les conditions dans lesquelles le franchiseur sortira du capital et les conditions de rachat des parts du franchisé. pour que les intérêts du franchisé et du « franchiseur et associé soient aussi convergents que possible pendant toute la durée du contrat participatif.
 
Évidemment le franchiseur prend des risques financiers en participant au capital et il est généralement conseillé de ne pas dépasser 40%.

Pour le franchiseur : pérenniser son réseau

Le premier objectif est de pérenniser le réseau, en particulier dans les secteurs où le choix des emplacements est vital. En devenant actionnaire des sociétés de leurs franchisés, les franchiseurs bloquent les meilleurs emplacements. Cette formule est très répandue dans la grande distribution alimentaire qui applique presque toujours le système de la franchise participative. Le risque est alors de dénaturer la notion même de franchise et d’indépendance et de voir les contrats  annulés ou requalifiés.
Pour certains franchiseurs, c’est aussi une façon d’aider des candidats particulièrement talentueux qui n’atteignent pas le montant d’investissement exigé.

 La nécessité de bien cibler l'objectif de cette participation permet de créer un mode de fonctionnement particulier mais qui peut fonctionner.  il est impératif que tout soit notifié noir sur blanc sachant que le franchiseur a un droit de contrôle sur la franchise dont il est actionnaire sans s'ingérer dans la gestion quotidienne du point de vente. Cette formule ne fonctionnera que si chacun des partis a le même objectif où chacun aura sa part de rémunération à la hauteur des conditions  bi-latéralement acceptées, signées dans un contrat.  

 A lire les éléments essentiels d'un contrat de franchise

Pour le franchisé ;: une aide au financement

Dans bien des cas, c'est le moyen pour le franchisé de pallier à une insuffisance de fonds propres pour son projet en franchise car le franchiseur étant actionnaire met de l'argent dans l'opération.

Articles similaires

Carrière : Êtes-vous fait pour la franchise ?

par Jean Samper - 1 jour

Ils seraient plus de 6 millions à rêver de créer leur entreprise en France. Pourtant, peu osent franchir le pas. Souvent par peur du risque. Or, la franchise peut être un bon moyen de se rassurer. « J'avais envie de créer mon entreprise, mais sans...

Ce qu'il faut savoir sur le métier de courtier que ce soit en franchise ou non

par MA - 4 jours

Le courtier joue le rôle d'intermédiaire entre deux parties. On le retrouve dans différents secteurs tel que l'assurance, les travaux, l'immobilier... Le métier de courtier en travaux a été largement mis en évidence par le pionnier, la franchise I...

Le sens des affaires, un atout pour se lancer en Franchise aussi

par MA - 5 jours

Pour réussir en entreprenariat et notamment en franchise, on parle souvent du sens des affaires: ce cocktail d'aptitudes acquises et de capacités innées qui nous pousse vers l'avant et nous permet de réussir. Mais que signifie vraiment d'avoir le ...

Informations clés

  • Crée le: 05/10/15 07:54

Les franchises qui recrutent