Le marché des biens d'occasion fait des émules.

Une étude approfondie a été menée par Delphine David, du Groupe Xerfi-Precepta et les résultats ont été communiqués après plusieurs mois d'enquête. Sujet exact de la recherche : La distribution de biens de consommation d'occasion (équipement de la personne, équipement de la maison, multimédia, culture-loisirs) : analyse des tendances de consommation et du marché, forces en présence et enjeux stratégiques »

Principaux enseignements de cette analyse

Le marché de l'occasion profite de plusieurs moteurs de progression : les motivations écologiques, l'évolution des offres commerciales et les contraintes financières des ménages. Il a été aussi constaté qu'un achat de produit d'occasion est associé à la notion d'achat plaisir et non plus seulement à la notion de faire des économies.
L'achat d'occasion qui était considéré comme dévalorisant, il y a quels années et devenus un acte malin, décomplexé et une expérience collective valorisée. La pratique de l'occasion a changé dans son aspect social, elle est passée de très individuelle à collective. Le partage d'un même centre d'intérêt donne un aspect communautaire à ce nouveau genre de marché.
En 2012, le marché français de l'occasion est estimé à 5,5 milliards d'euros, soit 0,5 % de la consommation totale des ménages (source Xerfi-Precepta). Une croissance annuelle de 6,5 % est attendue.
Les secteurs de l'occasion change aussi.  Ce ne sont plus seulement des associations sociales et solidaires comme par exemple Emmaüs qui exploitent ce marché, mais des sites internet d'annonces, des brocanteurs, des organisateurs de vide-greniers et même des enseignes d'achat-vente ou de dépôt-vente.

Le rôle du Web

Internet et son marche de l'occasion en ligne, représente à lui seul un tiers du marché. Tous les secteurs sont concernés mais le plus prisé reste la mode haut de gamme, et aussi le marché de l'enfant ou du sport, etc.
Les acteurs de ce marché ont bien compris, que de nos jours, l'offre doit être mobile. Des applications pour Smartphones ou autres terminaux ont été mis en place pour que le client puisse profiter des opportunités ‘immédiates' de ce marché.
Mais la vente physique reste complémentaire à la vente électronique et fait converger des millions de visiteurs dans les magasins. Le dispositif Web-to-store est idéal pour les franchises de ce secteur de marché de l'occasion . Il y a aussi le cross canal qui permet de réinventer le rôle des points de vente et une politique de web-in-store.

Vous souhaitez devenir franchisé et ce secteur vous intéresse tout particulièrement ? Découvrez les réseaux qui recrutent actuellement en France dans ce secteur "franchise de troc". Vous pouvez aussi consulter notre dossier : « franchise et achat vente d’occasion »
D'après un communiqué de presse du 27 février 2013.

Articles similaires

La marque espagnole de prêt à porter Zara se développe uniquement en succursales

par Dorsaf Maamer - 10 jours

Née en 1975 à Coruña en Espagne, Zara est la marque phare du Groupe Inditex, leader mondial de la confection textile. Elle compte aujourd'hui plus de 2100 magasins implantés dans 88 pays. L'enseigne espagnole de prêt-à-porter jouit d'une très gran...

Innovation en magasin : Américains vs Européens, quelles différences ?

par HK - un mois

En Europe comme aux Etats-Unis, les magasins innovent afin d’offrir à leurs visiteurs une expérience client améliorée. Caisses automatiques, Wifi gratuit, Click & Collect, réalité virtuelle… le fournisseur de terrains et solutions d'enquêtes en li...

Les magasins hard discount Aldi changent de look

par Martine Malaterre - un mois

Le hard discount a perdu des parts de marché. Pour contrer la concurrence, Aldi et d’autres comme Lidl ont intégré des marques nationales ont opté pour une communication autre que le prix. Quant aux magasins, certains changent de visage au point ...

Informations clés

  • Crée le: 13/03/13 01:00

Les franchises qui recrutent