Les nouveaux projets des 2 enseignes de bricolage Castorama et Brico Dépôt

Propriétaire des 2 réseaux de distribution d'articles de bricolage Brico Dépôt et Castormama, le géant de la distribution Kingfisher France prend acte :
1  -  du recul des ventes d'articles de bricolage en général (moins 0,5 % en cumul en septembre 2008)
2 - des résultats en négatif de sa filiale hard discount Brico Dépôt,
3-  de la reprise de la croissance de Castorama 
Il a donc décidé d'ajuster sa stratégie pour répondre aux besoins de consommation et de la mutualisation des besoins en interne.
Celle-ci se définit en 2 points principaux : renforcer l'identité commerciale de chaque enseigne et s'orienter vers une synergie des achats.
Castorama est une enseigne qui s'adresse au grand public et aux bricoleurs occasionnels qui veulent améliorer leur habitat et sa décoration
Brico Dépôt est une enseigne de hard discount de produits pour la construction et la rénovation de l'habitat et de l'immobilier pour les gros bricoleurs et les professionnels.
En un mot, Castorama subit moins les fluctuations des ventes de l'immobiliers et renoue avec la croissance alors que Brico Dépôt pour la première fois voit ses ventes accuser un recul de 4%. Le modèle du magasin entrepôt est remis en cause alors qu'il ne subit que la conjoncture des mauvaises ventes de l'immobilier.
Kingfisher a donc décidé de redonner à chacune de ses enseignes ses objectifsCastorama avec le relooking de ses magasins selon le nouveau concept : moitié déco, moitié technique.
Brico Dépôt qui recentrera son offre sur les gros volumes
(il s'était un peu dispersé et avait une gamme trop étendue) verra diminuer le nombre de ses références, tout cela piloté par un logiciel de gestion des produits qui optimisera le turn over.
La synergie : un avantage qui ne doit pas devenir une contrainte
L'approvisionnement des produits sera optimisé. En effet, chez certains fournisseurs communs aux 2 enseignes, les achats peuvent atteindre plus de 1 milliard d'euros. Kingfisher ne veut pas pour autant imposer une centralisation des achats. Chacun reste indépendant mais la complémentarité entre les enseignes permet d'obtenir de meilleures conditions d'achat.
Dans une période un peu difficile pour la consommation en général, lequel de ces 2 modèles de distribution aura le dernier mot ?

Articles similaires

Ce que vous devez savoir sur le métier de courtier

par MA et JS - 7 jours

Profil du courtier qu'il soit franchisé, salarié ou entrepreneur isolé Le courtier se charge d'analyser le besoin de son client afin de lui trouver l'offre la plus adaptée sur le marché en respectant son budget. Il devra rentrer en négociation si...

La distribution de loisirs créatifs en forte progression

par HK - un mois

Une étude publiée par Xerfi et intitulée « Le marché et la distribution de loisirs créatifs - Innovations, communautés virtuelles, percée des acteurs non spécialisés : analyse et perspectives du marché à l’horizon 2018 » révèle que le secteur se p...

Dix tendances alimentaires émergentes en Belgique

par Franchise Be - 2 mois

Nos habitudes alimentaires évoluent de manière radicale. Sans être des ‘early adopters’, les Belges intègrent de plus en plus rapidement les nouvelles tendances du fait de la mondialisation et de la popularité des médias sociaux.

Informations clés

  • Crée le: 03/12/08 01:00

Les franchises qui recrutent