L'internationalisation : obligation ou option ?

La très grande majorité des réseaux de franchise sont condamnés à se développer de manière internationale, à « penser international », à « vivre international ».  Il n'est plus possible de rester dans son coin ! Pourquoi ?
L'Europe a mis du temps à se faire mais elle se fait. Entre le moment où les marchandises ont pu voyager sans droits de douane et l'Europe actuelle, il s'est produit des changements considérables. Le dernier en date est l'Euro qui a eu des conséquences importantes sur les comparaisons de prix, donc sur la concurrence, et sur le sentiment de faire partie du même marché et donc de devoir naturellement se développer partout dans la zone Euro puisque le consommateur trouve de plus en plus normal d'y voyager pour son plaisir ou ses achats.
Mais le plus important est que l'on peut commencer à parler de consommateurs européens. Bien entendu, il  n'existe pas un seul type de consommateur européen mais il y a des comportements et des motivations qui dépassent les frontières. Nous écoutons en partie les mêmes musiques, regardons les mêmes films, achetons les mêmes Peugeot ou Mercedes, mangeons les mêmes hamburgers dans les mêmes centres commerciaux regroupant des grandes surfaces et des magasins plus petits et plus spécialisés. Bien entendu, les différences existent encore mais de plus en plus souvent, vous observerez que qu'il y a plus de points communs entre un agriculteur français et un agriculteur italien qu'entre ce même agriculteur français et un informaticien parisien.
Alors ? Si nous n'exportons pas nos réseaux, nous devons savoir que de toutes façons les réseaux étrangers viendront nous concurrencer chez nous puisque nos consommateurs ressemblent aux leurs. Nous n'avons pas le choix !
Il faut aussi tenir compte de la taille de nos marchés intérieurs. Un franchiseur américain travaille sur un marché national de plus de 300 millions de personnes qu'il étend naturellement et très vite sur de nombreux pays grâce à la langue anglaise. Cela lui donne une notoriété, une puissance d'achat et un savoir-faire considérables qui le rendent très dangereux. Nous devons exporter nos réseaux de franchise en Europe pour profiter de la taille que nous donne ce marché unique si nous ne voulons pas que les réseaux de franchise européens soient rachetés ou « coulés » par des réseaux américains. Nous n'avons pas le choix !
Jean Samper
Fondateur de ac-franchise.com
Membre fondateur de l'IFCN (International Franchise Consultants Network)
Membre du collège des experts de la fff

Articles similaires

Devenir franchisé d'un réseau étranger

par Audrey Caudron - un mois

Souvent le réseau que vous contactez est d'origine nationale, mais d'autres perspectives existent et les réseaux d'origine étrangère peuvent ...

Programme du Congrès Franco-Belge de la franchise et des réseaux le 13 septembre au salon Créer à Lille

par Jean Samper - 3 mois

Rejoignez les participants déjà inscrits parmi lesquels on trouve, en plus des intervenants des franchiseurs et des experts des deux pays : de jeunes franchiseurs mais aussi des enseignes expérimentées comme Yves Rocher, Agatha, Ixina, Point Chaud...

En 2014 déjà la journée pour franchiser en Belgique avait été un succès

par Sonia Tajouri - 4 mois

Les rendez-vous se sont succédé sans interruption le 16 septembre 2014 au salon Créer sur le stand AC Franchise et cela a grandement particip...

Informations clés

  • Crée le: 26/12/15 07:42

Les franchises qui recrutent