Quelques lois du management qui nous font perdre du temps

Certains théoriciens ont repéré dans nos comportements des principes qui se retrouvent de manière régulière et nous amènent à être rapidement débordés... Prise de conscience.

La loi de Laborit est celle du moindre effort, qui nous incite à toujours préférer réaliser la tâche que l'on préfère. C'est l'inclination au plaisir. Pour y résister, il n'est pas d'autre solution que de se faire violence. Commencez par le plus pénible !

Le temps comporte une dimension psychologique, qui est fonction de l'intérêt porté à l'activité effectuée. Conséquence : vous risquez de consacrer trop de temps à ce qui vous fait plaisir et de vous débarrasser trop rapidement des activités que vous abhorrez. Aussi a-t-on découvert la loi de Fraisse qui nous entraîne vers ce sentiment que plus l'intérêt est grand, plus le temps passe vite.

On trouve ensuite la loi de Murphy, bien connue, selon laquelle chaque opération prend toujours plus de temps que ce que l'on prévoyait au départ. Pour échapper à cette fatalité, évaluez toujours le temps qu'il faudra consacrer à l'exécution d'une tâche en y intégrant l'imprévu.

Mais il y a aussi la terrible loi de Parkinson : plus on a de temps pour faire quelque chose, plus on en prend effectivement, sans que le résultat soit forcément meilleur. Pour éviter ce genre de dérive, fixez-vous des échéances. Vous arrive-t--il souvent de ne pas utiliser tout le délai dont vous disposez pour un travail ? Cela signifie que, si un manager a dix personnes sous la main pour exécuter une tâche dont pourraient s'acquitter cinq personnes en une semaine, vous pensez, arithmétiquement, qu'il en aura fini au bout de deux jours et demi. Eh bien, non. Il rajoutera ce qu'il faut de complications, réunions, consultations pour que le chantier dure effectivement une semaine à dix personnes. Ainsi nous connaissons tous des chefs de projet qui brassent de l'air pour justifier leur existence. Nous avons tous également constaté que le fait d'ajouter des ressources supplémentaires - intérimaires, consultants extérieurs - pour accélérer un projet aboutit à l'effet inverse et le retarde plus encore. Ce sont là deux manifestations de la loi de Parkinson. Egalement dénommée " loi des grands projets informatiques "... C'est tout dire !


Articles similaires

Les apports en société

par DD - 26 jours

Les apports sont des biens ou des fonds que les associés mettent à la disposition de la société en vue de l'exploitation commune et en contrepartie desquels ils reçoivent des droits sociaux (parts ou actions) soumis aux aléas de la société

Avez-vous pensé au crowdfunding pour financer votre franchise ?

par Martine Malaterre - 2 mois

Le crowdfunding permet à des particuliers d’aider via des plateformes les entreprises à se financer ; ce sont des prêts à plus ou moins long terme avec intérêts à la clef. Alléchant, le système de financement participatif s’est développé de façon ...

Comment vérifier votre projet avant d'ouvrir une franchise ?

par DVM/JS - 2 mois

Avant d'ouvrir votre franchise, vous devez vous assurer que votre projet est harmonieux avec votre personnalité tout autant sinon plus qu'avec les critères de faisabilité liés au marché ou à l'environnement professionnel. Il y a lieu de définir...

Informations clés

  • Crée le: 20/08/15 08:24

Les franchises qui recrutent