Un nouveau cadre réglementaire pour la beauté en Belgique

Nouveau tournant pour les franchises de beauté et de santé en Belgique. Le Ministère de la Santé présentait au printemps 2012 une réforme globale de la médecine esthétique (proposition Dominique Tilmans*). Elle s`appuie sur une proposition de loi déjà déposée au Sénat et viendrait réglementer certaines pratiques.

Une loi pour plus de transparence

Cette proposition de loi  s'attachera a à vérifier l'aptitude des praticiens, la qualité des établissements et la communication d'information. Elle est censée protéger le consommateur et éviter les dérives et constitue un premier pas vers plus de transparence. Qu'impliquera-t-elle pour les franchises de beauté qui se sont lancées sur ce créneau ?

Un engouement des Belges pour les interventions esthétiques

C'est un engouement croissant des Belges pour les interventions médicales esthétiques et les soins particuliers qui a poussé les pouvoirs publics à travailler sur cette question. Tout l'enjeu est de réserver les prestations de médecine et de chirurgie esthétique aux médecins exclusivement, médecins esthétiques et spécialistes habilités. Doit-on comprendre que certaines prestations aujourd'hui pratiquées par des enseignes - bronzage, épilations, blanchiments dentaires, liftings... - devront dorénavant être réalisées par des médecins spécialisés ? Rien n'est encore précisé dans ce domaine. On nous parle pour le moment de traitements au botox, injections de produits de comblement, de détatouages.

Des pratiques parfois dangereuses

Pourtant aujourd'hui, alors qu'on assiste à la multiplication d'enseignes dans ce secteur, il est important de bien informer le client des pratiques et des dangers de certaines prestations qi elles ne sont pas pratiquées dans des bonnes conditions d'hygiène et de sécurité. S'il est évident que la majorité des enseignes de franchises sont soumises à des règles très strictes, certains petits indépendants ne prennent pas autant de précautions et mériteraient d'être soumis à davantage de contrôles.
* Cette proposition de loi est le fruit d'une collaboration entre différents acteurs du secteur et notamment la Société Royale de Chirurgie Plastique, l'Association des Chirurgiens Plasticiens Belges, l'Union professionnelle de Dermatologie et de Vénéréologie, la Société Belge de Médecine Esthétique, ainsi que le Docteur Jacques De Toeuf à titre individuel.

Articles similaires

Quels sont les freins au développement de la franchise en Algérie ?

par Sonia Tajouri - 2 mois

Comme en Tunisie ou au Maroc, la franchise existe en Algérie. De nombreuses marques internationales se développent dans le pays où une centaine de réseaux sont déjà implantés, parfois encore très modestement il est vrai. On y trouve la franchise ...

Sortir du contrat de franchise

par Dominique Deslandes - 6 mois

Vous qui êtes franchisé, mais vous aussi franchiseur, vous avez l'obligation d'exécuter le contrat jusqu'à son terme. Il existe pourtant quelques possibilités de sortie anticipée. Exemples : Première possibilité de sortir avant terme pour le franc...

Cession de réseau : quel impact sur les franchisés ?

par HK - 8 mois

Lorsqu’un franchisé adhère à un réseau, il ne pense souvent pas à l’éventualité du rachat de l’enseigne franchiseur par une autre entité. Il devrait pourtant, car une telle opération pourrait le concerner directement. Point de vue ...

Informations clés

  • Crée le: 22/09/12 02:00

Les franchises qui recrutent