Boulangerie : Des enseignes en difficulté dans les terminaux de cuisson

Peut-être ont-elles mal géré un développement formidable … Des liquidations successives posent question en particulier pour certaines enseignes qui ne sont pas de vraies bonnes franchises. Essayons d'y voir clair pour les candidats intéressés par cette activité de boulangerie.
Certes la consommation journalière de pain stagne mais la croissance du chiffre d'affaires des professionnels du secteur est dynamisée par la hausse des prix de vente liée au développement de produits de boulangerie à plus forte valeur ajoutée avec des pains spéciaux et de la restauration rapide par exemple.
Depuis une quinzaine d'années on a pu assister à une mutation structurelle de la profession de boulanger. Les réseaux sous enseigne se sont développés fortement, notamment sur le segment des terminaux de cuisson. Le marché reste porteur face à la boulangerie traditionnelle et les efforts significatifs de la distribution alimentaire pour rendre le rayon boulangerie plus attractif. Pourtant près d'une quinzaine d'enseigne de boulangerie par terminaux de cuisson ont déposé le bilan. Beaucoup étaient très faiblement capitalisées et structurées et leur activité se résumait trop souvent à vendre un magasin clé en mains (clés sur porte en Belgique) en prenant une forte marge sur les machines, voire sur les travaux.
En raison de ces expériences négatives, il revient aux candidats intéressés par cette profession de bien choisir leur enseigne. Vérifiez en particulier auprès des adhérents déjà installés en quoi consiste précisément l'accompagnement de la tête de réseau. S'agit-il d'un accompagnement de vrai franchiseur ? Y a t'il eu une vraie et bonne formation avec un véritable savoir-faire ? En fait on a pu constater que des franchisés avaient souffert d'emplacements inintéressants ou d'absence d'assistance réelle de la part de l'enseigne qui ne se souciait que de vendre un  magasin équipé. Certains ont d'ailleurs entamé des procédures contre la tête de réseau, parfois sans succès en raison de son insolvabilité.
En conclusion, il vaut mieux une franchise qui facture un droit d'entrée et des redevances pour financer des services performants et impose des régles à tout le réseau pour satisfaire le consommateur qu'un réseau qui met en avant sa souplesse et la faiblesse des redevances mais gagne sa vie uniquement sur l'installation du magasin avec le risque de vous laisser tomber ensuite.

DD & JS

Articles similaires

Ouvrir un magasin de vêtements pour enfant, quelles franchises choisir ?

par MA - 12 jours

Evoluant sur un secteur concurrentiel, les acteurs du marché des vêtements pour enfant doivent répondre aux nouvelles pratiques des consommateurs.Le marché du prêt-à-porter enfant se compose en deux segments: les bébés de 0 à 2 ans et les enfants ...

Comment bien choisir sa franchise

par ST - 28 jours

C'est un moyen efficace de rester indépendant tout en accédant à une activité bénéficiant de l'image de marque, de l'expertise, d'un accompagnement et du soutien d'un réseau. De son côté le franchiseur donne un certain nombre d’informations quant ...

Franchise : Le ministre de l’industrie et du commerce répond à un député

par Jean Samper - un mois

Le ministre tunisien de l’industrie et du commerce, Zied Laâdhari a répondu au député Imed Daimi qui s'alarmait de la progression du nombre d’autorisations de franchise accordées par le ministère de l’industrie et du commerce, au moment où le pays...

Informations clés

  • Crée le: 23/11/10 01:00

Les franchises qui recrutent