De la couleur, de la musique et des odeurs : les bases du marketing sensoriel

Tout commerçant a toujours cherché à mettre en valeur ses produits. Le décor est un facteur d'attractivité très fort et permet de capter l'attention du client potentiel. Aujourd'hui s'y ajoutent des éléments sensoriels plus pertinents.
Le marketing sensoriel consiste à solliciter tous les sens du visiteur et à le plonger plus complètement dans un univers particulier. La différenciation doit être nette et permettre de mieux percevoir la marque, l'enseigne et son produit par rapport à ceux des concurrents.
Dans la revue Points de Vente on parle de marketing « expérentiel ». Il s'agit, dit-on, d'un supplément d'âme donné au magasin. La sollicitation des sens participe  à l'incarnation de la marque et contribue à la fidélisation et la création de liens avec des consommateurs devenus de plus en plus volages. 
La première ambiance est sonore, elle concerne tous les types d'enseignes, la musique ou les sons doivent être très adaptés au concept. Les créations sonores sont étudiées avec soin et le thème diffusé est différent selon le flux de clients, le moment de la journée ou de la semaine mais aussi l'emplacement du magasin.
A ceci on peut ajouter une ambiance olfactive, c'est un sens encore peu exploité : de l'origan pour la pizza, l'odeur de café autour des dosettes, etc. Il est prouvé que le cerveau réagit aux odeurs et mémorise les situations. On a, par exemple, proposé des siestes avec diffusion d'un nouveau parfum : un mois plus tard les cobayes se souvenaient de l'odeur. Les sociétés spécialisées dans ce secteur ont des « nez », comme les grands parfumeurs, qui sont de vrais créateurs. L'ambiance olfactive est assurée par suspension dans l'air de micro-goutelettes hypoallergéniques, sans danger ni pour les personnes ni pour les produits, alimentaires ou non.
Il est important qu'une enseigne génère son propre univers olfactif, l'Europe est en retard dans ce domaine et les innovations seraient bienvenues. Aux Etats-Unis une typologie de clients a été inventée depuis longtemps à partir des seules perceptions olfactives personnalisées. 
A ceci s'ajoute la communication par les arômes en lien direct avec le produit, pour les spiritueux par exemple.
L'univers sensoriel apporte aux clients un certain bien-être qui le pousse à rester et à revenir dans le point de vente où il l'a découvert. On peut aller jusqu'à capter le consommateur dans la rue à proximité, ainsi il existe des outils qui permettent de toucher ceux qui ne rentreraient pas dans le magasin. Par exemple il est possible de diffuser un parfum dans un abribus, si le point de vente en parfumerie est proche la fréquentation sera très vite en augmentation forte. Cette PLV (publicité sur le lieu de vente) olfactive est applicable pour la découverte d'autres produits également.
Actuellement les univers sensoriels sont encore assez peu développés pour permettre aux enseignes la plus grande créativité…
DD, d'après Points de Vente

Articles similaires

Les ventes en ligne dans la franchise et le commerce associé

par MA - 6 jours

Le règlement d’exemption n° 330/2010 du 20 avril 2010, entré en vigueur en juin 2010 incite les opérateurs y compris les réseaux et enseignes à développer leurs activités en ligne. Dès lors qu’ils sont agréés, les distributeurs, parmi eux les fran...

Atrium.Brussels drague les commerçants Berlinois

par Julien Cadoret - un mois

Atrium.Brussels, Brussels Invest & Export, le MAD et une série d’autres institutions bruxelloises préparent ensemble les Brussels Days, qui se dérouleront du 8 au 11 octobre à Berlin.

Devenir caviste avec la franchise, est-ce possible ?

par MA - un mois

Le marché du vin a connu durant ces 30 dernières années une baisse de la quantité consommée contre une montée en gamme des produits recherchés par les Français. On a aussi noté une progression du nombre de cavistes à hauteur de 10 % de 2005 à 2015...

Informations clés

  • Crée le: 02/09/10 02:00

Les franchises qui recrutent