Evolutions de fond de la franchise en France

Réunis lors des Entretiens 2008 de la FFF (Fédération Française de la Franchise), praticiens et experts ont insisté sur la rationalisation et la modernité des réseaux, mais aussi sur les intérêts financiers et l'apparition des normes de ce business model.
Phénomène majeur de ces dernières années, la rationalisation s'instaure tant dans le financement des réseaux et des entreprises qui les constituent que dans les modes de gestion, les relations humaines, le recrutement, le développement, etc. De plus Philippe Lemoine, chercheur et dirigeant d'entreprise, a tracé le paysage de la révolution des technologies de l'information. Suivant les lois de Moore, a-t-il déclaré, tous les 18 mois l'efficacité électronique double. Si certains se sont interrogés sur un certain ralentissement de cette croissance, il semble que le mouvement puisse continuer encore longtemps, d'autant que l'on passe de l'époque du micron, qui a donné les micro-ordinateurs à l'époque des nano-technologies, à la dimension de l'atome. Le paradoxe français, selon Philippe Lemoine est que si les entreprises consomment moins d'électronique que dans les autres pays européens, en moyenne, en revanche les particuliers sont plutôt en avance. Ceci ne peut être ignoré des entreprises.
A l'heure où la mondialisation fait peur, les franchises peuvent accompagner le mouvement et fédérer des initiatives avec des logiques de marque et de sécurisation. Les mondes marchands et non marchands sont de plus en plus proches. Au cours de ces entretiens on a également observé la concentration des structures capitalistiques des franchiseurs et des franchisés, mais aussi une normalisation des pratiques de la franchise et la tendance au renforcement de l'implication organisationnelle des franchisés dans les réseaux. Ces trois phénomènes ayant pour conséquence un accroissement de la performance économique et financière des réseaux. Le monde de la finance s'intéresse de plus en plus au monde la franchise mais la réciproque est juste également.
La franchise a en effet prouvé qu'elle est un business model performant et pérenne. Aujourd'hui un banquier reconnaît davantage la valeur d'une marque et accepte plus facilement le lien franchiseur-francisé. De son côté la franchise apprend la Bourse. Ainsi un OBO (Owner Buy Out) permet une nouvelle valorisation fédératrice du capital de l'entreprise. La norme introduit elle-aussi une évolution des franchises. Les organisations peuvent en effet se positionner de plusieurs manières explique Claire Gauzente de l'Université d'Angers. Il s'agit de respecter la norme, ce qui crée un élément de différenciation. Si en interne la définition des rôles de chacun est meilleure, l'organisation optimisée et le niveau de satisfaction des partenaires augmente également.
Il est rappelé que la relation franchiseur - franchisé reste au cœur du dispositif. Un franchiseur heureux fait des franchisés heureux dit-on.... La nature capitalistique du franchiseur influe sur sa culture et ses valeurs. Il lui appartient aussi de se positionner en catalyseur d'énergie pour finalement faire aimer au client ce qu'il propose. Encore une fois les Entretiens de la franchise se révèlent être un fabuleux miroir qui permet de mieux mesurer le chemin qui reste à parcourir...
Vu dans la lettre de la franchises de la FFF

Articles similaires

L'évolution du rôle de vendeur en magasin face à l'e-commerce

par MM - 4 jours

Internet a changé le paysage du commerce depuis ces dernières années. La montée en puissance des sites marchands a transformé le profil des consommateurs : ils sont surinformés à la fois sur les produits, les services et les prix. Comment les ense...

Les dangers de croire que la Franchise est un Eldorado

par Jean Samper - 6 jours

Dans les affaires, aucun procédé, aucune formule miraculeuse ne peut garantir le succès ou apporter la réussite "sur un plateau" sans effort. Le franchisage réduit le nombre et la taille des obstacles, accélère le développement, permet de copier d...

Les clauses de confidentialité en Franchise

par ST - 11 jours

Les franchiseurs protègent leur savoir-faire par des clauses de confidentialité. Certaines sont jugées abusives par les tribunaux. Il est normal qu'un franchiseur cherche à protéger son savoir faire, mais les clauses de confidentialités ne doivent...

Informations clés

  • Crée le: 31/05/09 02:00

Les franchises qui recrutent