La logistique des franchises de mode

Avec les nouvelles réglementations, les coûts croissants des transports et les rythmes en constante accélération, de nombreux franchiseeurs et succursalistes font appel à des prestataires extérieurs.
La logistique est une affaire complexe dans les franchises de mode. On assiste à une augmentation des flux, avec la diversité et l'éloignement des zones de fabrication. Aussi se pose la question de la qualité de la prestation. Les franchiseurs et succursalistes ont le choix aujourd'hui entre intégrer tous les métiers de la chaîne d'approvisionnement ou externaliser les prestations en les confiant à des professionnels spécialisés.
Comme souvent, les professionnels de l'habillement considèrent que dans leur métier il y a accumulation de cas particuliers. Ceux qui ont mis au point une logistique de manière pointue et particulièrement adaptée hésitent à externaliser ce service car il s'agit d'être particulièrement réactif et un échelon supplémentaire peut contribuer à créer des retards d'approvisionnement.
Pourtant de nombreuses enseignes envisagent de faire appel à des prestataires. Ainsi la franchise Kiabi, dont le nombre de magasins a augmenté rapidement, a confié une partie de sa logistique à Dhl Exel Supply Chain. Sa plate-forme de Dourges, un site de 35 000 m2, a donc été reprise par le logisticien. Il assure désormais la réception, la vérification et la distribution de millions d'articles en provenance du Bangladesh, d'Inde et d'autres pays d'Asie. Le temps vraisemblablement de disposer de sa nouvelle plate-forme, en construction près de Douai dont la mise en service est prévue courant 2009. Etam sous-traite également une partie de sa logistique à Sed Fashion, qui gère également une partie des activités de Jennyfer.
Les petites franchises réfléchissent à l'externalisation de leur logistique aussi, soit parce que leurs volumes augmentent soit parce que les investissements nécessaires pour une gestion modernisée sont trop lourds. C'est le cas particulièrement en région parisienne où la réglementation est de plus en plus sévère. Les logisticiens proposent de plus en plus de services : ils reconditionnent les articles, effectuent les mises sur cintres, contrôlent les mesures et la qualité, réalisent des lavages pour les enseignes clientes.
En fait le volume global a diminué, il s'agit donc de diversifier les services et d'apporter une valeur ajoutée dans un marché porteur. Aujourd'hui le reconditionnement textile est important et certains volumes augmentent à nouveau, les plate-formes s'équipent donc afin d'accélérer et de moderniser les livraisons jusqu'aux magasins. On voit aussi des entreprises qui renouvellent leurs propres systèmes de gestion d'entrepôt, il y a lieu en effet de répondre aux besoins de solutions liées au multicanal, aux variations de volumes et à la nécessité de piloter les flux.
Dominique Deslandes

Articles similaires

Négocier avec son banquier

par Deslandes Dominique - un mois

Les TPE (très petites entreprises) peuvent aussi obtenir des conditions privilégiées à condition de respecter certaines règles de négociation. Vous savez négocier avec un fournisseur, alors pourquoi pas avec un banquier ?

La Tunisie N°1 africain pour l'environnement entrepreneurial !

par ST - un mois

Selon le Global Entrepreneurship Index 2018, la Tunisie est le premier pays africain en matière de qualité de l’environnement entrepreneurial, révèle l’Indice global de l'entrepreneuriat (GEI). Cet indice particulièrement intéressant pour la franc...

Restauration américaine : Quelles opportunités en franchise !

par MA - 2 mois

Le premier Diner a vu le jour en 1872 grâce à Walter Scott qui a eu l'idée de vendre de la nourriture la nuit dans un wagon hippomobile couvert. Le concept de diner s'est développé au fil des années et on compte aujourd'hui un nombre croissant de ...

Informations clés

  • Crée le: 17/12/08 01:00

Les franchises qui recrutent