Les chaînes et franchises de prêt à porter se mettent au street marketing

On a vu naître ces dernières années nombre de concepts de commerce ambulant, essentiellement dans le secteur de la restauration. C'est au tour des enseignes d'habillement et de prêt à porter de s'emparer des rues et des trottoirs avec des supports itinérants comme les triporteurs, les concepts store éphémères ou des chasses aux trésors virtuels.

QUAND LES CHAINES ET FRANCHISE DE PRET A PORTER DEAMBULENT

A l'heure où les nouvelles technologies sont les grandes autoroutes de la communication, certaines enseignes réinvestissent places et trottoirs « pour de vrai ». Capter le regard du piéton, l'étonner, le surprendre, l'attirer … Quand le client ne vient pas à vous, c'est vous qui allez à lui. Trois enseignes ont fait ce pari, Kiabi, Cyrillus, et La Redoute, mêlant habilement communication et expressions ludiques.
Conçu dans un conteneur, le pop up store de la franchise Kiabi est déployé dans une dizaine de villes en France jusqu'à la mi-octobre. Ce « road fashion show » présente 145 silhouettes différentes et propose les conseils de deux professionnelles pour du coaching de mode. Elles disposent à la fois de portants à vêtements et d'e book interactifs. Des écrans diffusent le défilé de la nouvelle collection, défilé relayé également par des       « Cyklop », de jeunes ambassadeurs qui parcours les rues munis d'un écran multimédia posté juste au-dessus de leur tête.
Plus vintage, la franchise de prêt à porter et linge de maison Cyrillus a fait le choix de triporteurs pour aller au-devant de sa clientèle. Touche poétique, les jeunes conductrices s'arrêtent devant les magasins de l'enseigne et récitent des poésies de Jacques Prévert. Un choix dicté par le partenariat entre la franchise de prêt à porter et l'animation culturelle « le printemps de la poésie ».
Le véadiste La Redoute a choisi quant à lui une forme plus technologique de communication : la création de onze magasins virtuels qui proposeront des produits accessibles immédiatement à l'achat. Pour y accéder il suffisait de télécharger sur son smart phone, l'application « street shopping » créée par l'agence Relatia. Automatiquement géolocalisée, la cliente peut aussi participer à une chasse aux trésors, tout aussi virtuelle, organisée dans plus d'une cinquantaine de villes. Lorsque vous approchiez d'un picto signalant la présence d'un cadeau (jeans, bijoux, objets décoration etc.), il suffisait de cliquer sur l'icône pour déballer le cadeau. Selon l'enseigne, le jeu aurait suscité plus de 33 000 téléchargements.
Article mis en ligne par Isabelle, Rédactrice AC Franchise

Articles similaires

Les ventes en ligne dans la franchise et le commerce associé

par MA - 7 jours

Le règlement d’exemption n° 330/2010 du 20 avril 2010, entré en vigueur en juin 2010 incite les opérateurs y compris les réseaux et enseignes à développer leurs activités en ligne. Dès lors qu’ils sont agréés, les distributeurs, parmi eux les fran...

Atrium.Brussels drague les commerçants Berlinois

par Julien Cadoret - un mois

Atrium.Brussels, Brussels Invest & Export, le MAD et une série d’autres institutions bruxelloises préparent ensemble les Brussels Days, qui se dérouleront du 8 au 11 octobre à Berlin.

Devenir caviste avec la franchise, est-ce possible ?

par MA - un mois

Le marché du vin a connu durant ces 30 dernières années une baisse de la quantité consommée contre une montée en gamme des produits recherchés par les Français. On a aussi noté une progression du nombre de cavistes à hauteur de 10 % de 2005 à 2015...

Informations clés

  • Crée le: 12/10/12 02:00

Les franchises qui recrutent